club  nature  desiderien


          
 

Dimanche 08 décembre: Les tourbières de Gimel et la Pierre des trois évêques au départ de St-Régis du Coin, Loire

      C'est en voitures particulières que 26 marcheurs se sont  rendus à Saint-Régis-du-Coin pour effectuer une boucle de 14 km sous la conduite de Josiane et Marc.
      Finalement le soleil était au rendez-vous ce qui a permis d'avoir de beaux points de vues sur les Alpes notammment.
      Et c'est parti pour atteindre le sommet de Panère, 1302 mètres, point culminant de notre randonnée. 
       Les Alpes nous apparaissent et une table d'orientation permet d'identifier les différents sommets.
Près du bois, on observe deux menhirs. C'est le site mégalithique du Gnaorou – gnaorou en patois local signifiant ‘dans les nuages’ et ne figurant sur aucune carte – avec ces deux pierres dressées dont une, cassée et reconstituée et l’autre redressée par une association en 2012.
      On continue en direction de la tourbière de Gimel.
      La tourbière de Gimel est aménagée sur caillebotis pour que les mousses et autres espèces végétales soient protégés.
      Aux sources de la Dunerette, à 1 200 mètres d’altitude le sol s’est gorgé d’eau il y a environ 8 000 ans. Une zone humide fragile où tout s'éveille au mois de juin : les libellules virevoltent et les linaigrettes agitent leurs pompons blanc dans le vent.
      On se dirige ensuite vers un autre lieu remarquable, la Pierre des trois Evêques.
      Pierre plate et ronde de 2,50 mètres de diamètre, d'une hauteur de 40 cm sur laquelle se trouvent trois croix gravées, ainsi que des inscriptions. Elle est située sur une ligne de partage des eaux.                  Marqueur naturel, cette pierre semble toujours avoir été utilisée comme limite entre plusieurs territoires. 
 Dans l’Antiquité, elle marquait la limite des trois provinces gallo-romaines : la Gaule Lyonnaise, la Gaule Lyonnaise-Narbonnaise et la Gaule Aquitaine.
Sous Charlemagne, elle servait de frontière entre l'Aquitaine, la Provence et la Bourgogne.
 Au Moyen Âge, elle marquait la limite entre les archidiocèses catholiques de Lyon, de Vienne et du Puy-en-Velay. Sur elle, les évêques du Puy, de Lyon et de Vienne pouvaient s’y retrouver sans sortir de leur juridiction. Mais il semble peu probable qu'une telle réunion ai jamais eu lieu.
 
      Après la pause piquenique, on redescend pour retrouver le village de St-Régis.
      Latifa nous a régalés de délicieux petits gâteaux tunisiens